Sophrologie et Douleur

La sophrologie, une thérapie au service de la douleur

 

sophrologie et douleur

 

Tout comme un grand nombre de thérapie non médicamenteuse (acupuncture, yoga, toucher-massage, réflexologie…), la sophrologie, thérapie cognitive et comportementale s’avère être efficace dans l’accompagnement et le traitement de la douleur aiguë ou chronique.

En se concentrant sur la personne et non sur la maladie, la douleur ou la souffrance, la sophrologie apporte apaisement et permet au fil des séances, de retrouver une nouvelle image de soi et d’améliorer sa vie quotidienne.

La douleur, c’est quoi ?

Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) : « La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes ». Elle est propre à chacun et son ressenti est strictement personnel et intransmissible.

Elle se traduit par :

Une sensation physique, caractérisée par la localisation, l’intensité et l’évolution de la douleur : « Ça pique, ça brûle, ça fait un peu ou très mal, ça augmente ou ça diminue ».

Une émotion, qui correspond à ce que nous ressentons moralement : « C’est désagréable, c’est pénible, c’est inquiétant, c’est insupportable ».

Un comportement : notre manière de réagir à la douleur, de l’exprimer par le corps ou par la parole (position, grimace, pleurs, cris, plainte).

Une réaction mentale : notre façon de la gérer, de l’interpréter, de lui donner un sens, de chercher à l’oublier ou à vivre avec.

 

Les différentes types de douleur

 La douleur aigüe

La douleur aiguë est un processus physiologique, agissant comme un signal d’alarme. Elle est donc utile et protectrice.

Elle est :

  • de courte durée (disparait en quelques heures ou quelques semaines, selon le temps nécessaire à la guérison)
  • due à une cause précise (traumatisme, choc, infection, inflammation…etc).

 

La douleur chronique

La douleur chronique a perdu sa fonction et son objectif biologique : elle est donc inutile et le plus souvent, sans cause identifiée.

La douleur est dite chronique si elle : 

  • dure depuis au moins 3 mois, malgré un traitement antidouleur.
  • persiste même si la cause de la douleur a disparu.
  • est difficile à comprendre car elle n’a pas toujours de cause visible.
  • augmente, diminue, disparaît ou réapparaît sans que l’on sache toujours expliquer pourquoi.
  • est envahissante moralement et physiquement.

Par ailleurs, cette douleur est souvent mal vécue car elle représente un réel handicap, souvent invisible de l’extérieur et son traitement ne peut donc se concevoir comme celui de la douleur aiguë.

 

La douleur, quelles répercussions ?

La douleur impacte largement la vie intime, familiale, sociale ou professionnelle.

Lorsque l’on souffre, l’estime de soi et la joie se raréfient souvent au profit de la peur, du stress, de l’anxiété ou même de la dépression.

De plus, des doutes s’installent par rapport à notre avenir, à notre santé. Un sentiment d’injustice et un isolement social peuvent se faire ressentir.

 

La sophrologie, c’est quoi ?

Méthode psychocorporelle, agissant donc sur le corps et le mental, elle est issue de différentes pratiques orientales (yoga, méditation…) et occidentales (relaxation, hypnose…). Elle s’inscrit dans une démarche personnelle active et participative.

Comment fonctionne-t-elle ?

La sophrologie propose des exercices simples et variés basés sur :

  • la respiration : pour s’oxygéner, détourner l’attention, déstresser, diminuer l’angoisse, amorcer la détente …
  • la détente musculaire (schéma corporel) : pour recentrer, détourner l’attention, déstresser …
  • la visualisation : pour leurrer le cerveau par des suggestions mentales, déstresser, diminuer l’angoisse …
  • la gestion de la pensée : pour prendre conscience de ses ressources positives, gérer et faire face à la douleur
  • des techniques spécifiques : pour atténuer les sensations douloureuses, les remplacer par d’autres sensations plus agréables, diriger son attention vers d’autres endroits du corps non douloureux, pour apprendre à connaître la douleur, l’identifier pour mieux la gérer.

Son usage quotidien permet de prendre conscience de soi, de son corps et de retrouver équilibre et harmonie. Les bienfaits de la sophrologie peuvent même se ressentir dès la première séance.

Chaque séance est d’ailleurs adaptée à la personne, au vécu du moment, à la typologie la douleur (aiguë ou chronique) ou à d’autres composantes personnelles.

Chaque technique proposée répond à un besoin à l’instant présent.

A toutes fins utiles, un support audio ou papier peut être remis à la personne afin de faciliter la reprise des exercices à la maison pour un entraînement quotidien et obtenir plus rapidement le résultat escompté.

détente

Permettre au corps de devenir un lieu d’expression et non pas seulement support de plainte.

Sophrologie & Douleur : pour quels objectifs ?

  • Prendre de la distance avec sa douleur,
  • Ne plus considérer son corps comme un corps uniquement douloureux : le corps n’est plus réduit à un simple symptôme,
  • Découvrir de nouvelles sensations et perceptions physiques,
  • Aller chercher le positif en chacun et conscientiser des ressources oubliées
  • Diminuer stress, anxiété, problème de sommeil …
  • Favoriser un retour au calme et la sérénité,
  • Potentialiser l’énergie restante,
  • Être acteur de son mieux-être et découvrir un nouvel espace de vie,
  • Devenir plus autonome dans la prise en soin de sa douleur
  • Etc …

 

La sophrologie n’est pas une technique magique, elle demande volonté et investissement personnel mais offre finalement un mieux-être réel à la personne qui souhaite développer ses propres ressources et devenir plus autonome face à la douleur.

Par ailleurs, elle permet aussi d’intervenir sur les symptômes en lien avec le processus douloureux tels que : stress, peur, angoisse, anxiété, dépression, sommeil, fatigue, comportement agressif, tristesse, perte de confiance …

Elle ne substitue en aucun cas aux traitements médicamenteux mais complémente la stratégie de prise en soin de la douleur.

Elle offre la possibilité de prendre soin de soi différemment, de retrouver le plaisir de s’occuper de soi et d’éprouver à nouveau du bien-être.

 

Raviver le vivant, en lui permettant d’apprendre à nouveau de son expérience de vie

Petit exercice de respiration à essayer sans modération !

La respiration abdominale

Cet exercice respiratoire peut agir positivement sur de nombreux symptômes (stress, anxiété, tension …). Il se pratique techniquement à partir du ventre et non pas depuis la cage thoracique.

De préférence, il vaut mieux travailler la respiration abdominale en position allongée au début.

Lorsque l’exercice est maîtrisé, cette respiration peut se faire aussi bien debout qu’assis.

En position allongée et genoux pliés pour soulager les lombaires si besoin, vous placez 1 main ou 2 deux mains sur votre ventre.

Vous inspirez tout à fait normalement et sur l’expiration, vous videz vos poumons et rentrez légèrement le ventre. Petite suspension respiratoire de 1, 2 ou 3 secondes …

Puis vous inspirez par le nez à nouveau en laissant le ventre se gonfler comme un ballon…

Et vous expirez par la bouche tranquillement tout en laissant votre ventre se dégonfler comme un ballon … Petite suspension respiratoire de 1, 2 ou 3 secondes …

Et vous recommencer à votre rythme, en prenant conscience grâce à votre ou vos mains posées sur votre ventre, de ce mouvement respiratoire qui monte et qui descend…qui va et qui vient …comme un doux bercement.

En début de pratique, cet exercice est quelquefois difficile à réaliser mais si vous vous entraînez régulièrement, vous retrouverez bien vite cette douce respiration que nous adoptons naturellement lorsque nous dormons.

Vous pouvez commencer par une dizaine de respiration pour atteindre 5 mn d’exercice par jour.

Pour de plus informations sur la gestion de la douleur par la sophrologie, n’hésitez pas à me contacter.

Sophrologie & Relaxation – Laurence Steneck

Sources :

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-chargespecialisees/douleur/article/la-douleur)

http://www.federation-sophrologie.org/revue-sophrologie/la-sophrologie-dans-lapproche-de-la-douleur-et-de-la-souffrance.html

Guide de la sophrologie appliquée – Richard Esposito

Dossier « mieux soulager la douleur chronique » – Soins n° 815 – mai 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *